Pour rejoindre le chat, inscrivez-vous ou connectez-vous au site !

Questions aux Pros et Wip ( WIPT La Villette 2015)

Plus d'informations
13 Jan 2016 12:06 - 17 Jan 2016 15:44 #143 par Groucha
Groucha a créé le sujet : Questions aux Pros et Wip ( WIPT La Villette 2015)
Pour vous, 3DMAX a choisi :


Lulu Gainsbourg (Sweetyloulou sur winamax)


- Depuis quand joues-tu au poker ?
« J’adore le poker. Je joue très régulièrement, pas des sommes folles.
Je ne suis pas en mode « je vais aller à Vegas et faire les championnats du monde ».
Je joue plutôt avec des potes. Le plus important, c’est de passer une bonne soirée»



- Qu’est-ce qui vous plaît dans ce jeu ?
« C’est une passion, un hobby.
J’ai toujours aimé les jeux, que ce soit les jeux de société, les jeux de cartes, les jeux-vidéos… Je suis très joueur. »



- Quelle place prend le Poker dans ta vie?
« Pour moi le poker est un jeu, simplement un jeu.
Je ne suis pas un pro et je n’en serai jamais un, j’ai des obligations professionnels, une vie bien remplie, donc pour moi ça restera un jeu, même si je suis passionné.»



- Trouves-tu vraiment ton compte à exercer cette passion ?

« Une fois, j’ai remporté dans les 2000€, c’est raisonnable, mais tu flip quand même, même avec une grosse main.
Mais les gains poker pour moi sont de l’argent de poche, je ne joue pas ma vie la dessus.
J’ai fréquenté les casinos, les sites de poker, mais jouer en pro, ce n’est pas mon truc.
Faire un tournoi comme ici (WIPT la Villette) en WIP ok, c’est plus cool, les gens se prennent moins la tête… »



- Ta motivation est-elle toujours la même depuis tes débuts.
« Je suis toujours prêt pour une partie entre potes, mais je consacre aussi beaucoup de temps à la famille, c’est important,
Je regrette que Charlotte et moi ne soyons pas plus proches, mais nous n'avons pas grandi ensemble et, aujourd'hui, elle vit à New York et moi à Londres"





Mikedou


(Image club poker)



- A quelle buy-in as-tu débuté ?

J’ai débuté en jouant des tournois et des satellites entre 2 et 10 euros, mais en n’ayant aucun plan et aucune gestion de bankroll durant un an, ce qui faisait que je pouvais aussi bien faire des mtt à 5€ que shooter la nl 200 ou faire des sit and go à 100€. Lorsque j’ai décidé de jouer professionnellement, j’ai attaqué par les sit and go à 16 et 27$ avant de passer aux mtt de 10€ à 300€. Comme vous pouvez le constater, ce n’était pas particulièrement progressif et je ne recommanderais pas nécessairement de suivre cet exemple.


- A quel moment as-tu su que tu devenais joueur professionnel de poker et quel effet cela a eu sur ta vie ?
Savoir est un terme assez fort. Mon travail de l’époque m’ennuyait, j’ai pensé que j’avais les qualités pour gagner ma vie par le biais du poker et je me suis lancé, persuadé que ce jeu était fait pour moi et que cela convenait à ma personnalité. En réalité, je n’avais pas le niveau, pas assez de connaissances, les premiers mois ont été mauvais, voir angoissants et ce n’est qu’au bout d’environ 4-5 mois que j’ai commencé à gagner régulièrement après m’être mis exclusivement aux sit and go et en ayant réellement travaillé mon jeu. Au bout de quelques semaines, j’ai compris que j’avais le niveau pour en tirer des revenus réguliers. C’est encore une fois un processus de fonctionnement non recommandé si l’on veut passer pro.

L’effet principal est que du jour au lendemain, tu te lèves pour aller faire quelque chose qui te passionne et c’est déjà beaucoup.



- Comment vis-tu ta vie de joueurs pro de poker et quelle place prend le poker dans ta vie?
C’est une question très large. Comme dans beaucoup de métiers, je suppose que la vie de joueur pro de poker est faite de hauts et de bas. Le poker de tournoi peut être très frustrant, mais j’essaie néanmoins de me rappeler aussi fréquemment que possible la chance que j’ai de vivre de ma passion, ne serait-ce qu’en comparant avec le travail que je faisais précédemment.

Le poker occupe bien entendu une place essentielle dans ma vie, car c’est mon travail et ma passion.

Je voyage beaucoup pour le poker, les amis que je vois le plus fréquemment, notamment les potes du team, sont des amis liés au poker. Par ailleurs, le poker est une activité très prenante. D’une part, à partir d’un certain niveau et si on a par exemple l’ambition de remporter un EPT, cela nécessite beaucoup de travail à différents niveaux et impacte nécessairement votre quotidien. D’autre part, même lorsque l’on est pas en train de jouer ou de revoir une session, le côté passionnant du jeu fait qu’on se retrouve fréquemment à réfléchir à une main disputée alors que l’on est en train de faire les courses ou un footing. D’où l’intérêt de s’appliquer quotidiennement pour avoir une vie le plus équilibrée possible.



- Comment fais-tu pour garder ton sang-froid à table et de quelle façon le travailles-tu?
Je ne prétends pas n’avoir aucune émotion ou être totalement impassible lorsque je dispute une partie de poker, je n’en ai d’ailleurs pas envie. Et ces émotions peuvent être utiles si elles sont utilisées à bon escient.

Je travaille avec un coach mental depuis 2 ans et parmi les clés principales pour garder mon sang-froid, il s’agit déjà de rester au maximum dans l’instant présent, de réfléchir à ce que l’on a à faire à un instant t sans se projeter dans le futur et sans ressasser le passé. A partir de là, on peut réfléchir sereinement à la décision que l’on à prendre, prendre cette décision en se concentrant sur les paramètres importants et que l’on maitrise. Ensuite il devient facile d’assumer pleinement notre décision et de garder notre sang-froid.

Cela est bien entendu plus facile à dire qu’à faire. C’est un travail constant à faire, valable également pour notre vie personnelle, pour lequel un coach mental peut bien entendu être d’une grande utilité.

Il s’agit d’être capable d’introspection, d’apprendre à se connaître, à identifier les pensées parasites, les évacuer pour rester dans l’instant présent, comprendre les raisons pour lesquelles on perd notre sang-froid et ensuite, à force d’entraînement comme on entraînerait un muscle, on aboutit à des automatismes qui nous permettent de garder notre sang-froid dans un maximum de circonstances.



- Fais-tu du sport ou du yoga ? De la méditation ?
Je fais du sport quasi quotidiennement en allant courir au saut du lit. Je ne pratique pas le yoga ou la méditation. Nous avions notamment fait quelques séances de yoga lors des séminaires organisés avec le team, j’avoue que j’y ai pris moins de plaisir que d’autres. Je pense que la méditation pourrait m’intéresser beaucoup plus, à moi de trouver un moyen d’en faire régulièrement avec quelqu’un de compétent, ce qui n’est pas forcément évident habitant à l’étranger et voyageant beaucoup.


- On dit que le poker en France est arrivé à sa maturité ? Comment penses-tu que le poker en ligne va évoluer en France ?
Très honnêtement, je n’ai pas d’opinion très affinée sur la question. Après le boom, le phénomène de mode, l’explosion (appellez-ca comme vous voulez) du poker il y a quelques années, je pense qu’il est normal qu’il y ait un phénomène de stagnation. Tout dépend un peu de l’évolution des régulations, mais concrètement, je ne vois pas de raison pour que le poker en ligne ne se maintienne pas à une activité plus que correcte au cours des prochaines années.


- Trouves-tu vraiment ton compte à exercer cette passion en tant que professionnels ou l'obligation de te rendre à certains tournois, sponsor oblige, est-elle contraignante.

Le jour où j’estimerais que je n’y trouve plus mon compte ou que les contraintes de mon sponsor sont trop importantes, j’ose espérer que j’aurais la lucidité et l’intelligence d’arrêter !


- Cela t'arrive-t-il de penser à l'après poker ? As-tu en tête des pistes de reconversion dans le monde du poker ou ailleurs ?

Cela m’arrive, mais pour l’instant je n’y pense pas sérieusement. Je n’ai pas spécialement d’idée de reconversion en tête, l’idée de jouer encore de nombreuses années ne me perturbe pas. Je pense que le fait d’avoir travaillé précédemment, contrairement à d’autres joueurs pros, me donne un élément de comparaison et m’aide à apprécier à sa juste valeur les avantages de ce métier.


- Ta motivation est-elle toujours la même depuis tes débuts ?
[/color]

Je pense que ma motivation est intacte et elle ne peut être dissociée des ambitions. Je n’ai toujours pas remporté de titre majeur, le niveau d’un EPT par exemple est désormais très élevé et tu ne peux pas ambitionner de remporter un EPT si ta motivation n’est pas totale. Là encore, j’ose espérer que je saurais m’en rendre compte rapidement si ma motivation baisse afin de réajuster mes objectifs. Pour cela, je me force à faire un point régulièrement et à m’interroger sur mes motivations, mes objectifs. N’ayant pour l’instant ni l’envie d’arrêter le poker, ni d’idée pour l’éventuel après-poker, je fais attention à ne pas me lasser et à identifier ce qui me fait plaisir dans ce jeu.

Contrairement à mes débuts par exemple, je dirais que ma motivation et le plaisir ne proviennent plus simplement du fait de jouer et de gagner, mais avant tout du fait de bien jouer, de progresser et de sentir que j’évolue.


- Quelle est selon toi la meilleure alimentation un jour de tournoi ?

Je ne suis pas un spécialiste de l’alimentation mais j’y prête de plus en plus attention. Les jours de tournois live par exemple, je privilégie au maximum salades, pâtes et poisson. Depuis quelques mois, je m’efforce également de manger systématiquement un fruit toutes les 2 heures lors d’un tournoi live, de boire 50 cl d’eau, du thé, d’éviter le café ou le coca. Cela peut paraître anecdotique, mais si cela peut permettre de gagner 5% de lucidité 1 h par jour, ça peut faire une grande différence lors de tournois relevés. Rien que de se forcer à effectuer cette démarche permet également de se mettre dans un bon état d’esprit où l’on se donne tous les moyens pour réussir.



Aurélie Quélain


(Image wampoker)


- A quelles buy-in à tu débuté ?

J'ai découvert le poker lors de soirées entre amis. Nous faisions des petites parties freezout à 5€ ou 10€ entre nous plusieurs fois par semaine. Jusqu'à franchir le cap d'aller jouer en cercle des tournois à 25€ et 50€ notamment à l'aviation club de France. J'ai débuté en live et ne me suis mise que très tardivement au poker online.

- A quel moment as-tu su que tu devenais joueur professionnel de poker et quel effet cela a eu sur ta vie ?

Tout ceci s'est fait progressivement, sans jamais brûler d'étapes. Le live prenait une grande majorité de mon temps libre et je voyageais déjà beaucoup les week-ends pour jouer au poker. Lorsque j'ai quitté mon travail d'ingénieur à Garches dans le 92 pour me rapprocher de chez moi, je ne savais pas encore que le poker deviendrait mon futur métier. J'étais à la recherche d'un nouvel emploi et les deeprun se sont accumulés côté poker. Cela ne m'est pas apparu comme un choix, c'est plutôt la vie qui m'a offert cette chance.

- Comment vis-tu ta vie de joueurs pro de poker et quelle place prend le Poker dans ta vie?
Le poker prend une très grosse partie dans ma vie depuis maintenant 4 à 5 ans. J'adore voyager bien sûr et cela me permet de passer beaucoup de temps avec mon compagnon. Mais je vis pour la compétition, c'est ce qui me fait le plus vibrer. Alors même si bien trop souvent lors de magnifiques destinations je n'ai rien vu d'autre que le casino, ma chambre d'hôtel et l'aéroport; je n'en reste pas moins excitée de vivre cette vie comme au premier jour.

- Comment fais-tu pour garder ton sang-froid à table et de quelle façon le travailles-tu?
Je pense que c'est quelque chose que l'on acquière avec le temps... (Quoique... j'ai des amis qui jouent depuis plus longtemps que moi à ce jeu et qui n'acceptent toujours pas un badbeat! rire). C'est une philosophie, à table on est là pour prendre du plaisir avant tout car le poker reste un jeu et il ne faut pas l'oublier. Selon les tournois il y a des coups plus durs à encaisser que d' autres bien sûr mais la roue tourne et on sait tous qu'a ce jeu ce n'est pas toujours le meilleur qui gagne. Il faut accepter la variance et savoir oublier rapidement un mauvais coup. Tout est une question de mental. Parfois quand je sens que je suis atteinte mentalement, il m'arrive de me lever pour aller prendre un café ou prendre l'air, lorsque je me rassois à table, c'est comme un nouveau tournois qui commence.

- Fait tu du sport ou du yoga ? De la méditation ?
Je suis ancienne sportive, j'ai fait énormément de sport jusqu'à mes 20 ans. Mes parents sont d'ailleurs tous les deux professeurs d'éducation physique et sportive. Mais aujourd'hui mon seul sport c'est le poker! (rire) J'adore le yoga et la méditation que je pratique de temps en temps chez moi. Je suis également inscrite depuis septembre à l'association de pongistes de mon village, j'adore le ping-pong et c'est beaucoup plus physique qu'on ne le croit!

- Trouves-tu vraiment ton compte à exercer cette passion en tant que professionnels ou l'obligation de te rendre à certains tournois, sponsor oblige, est-elle contraignante.
Intégrer le team Winamax est pour moi une chance inouïe et je n'y vois sincèrement aucune contrainte. C'est du donnant-donnant! Jouer les étapes du winamax poker tour qui sont des tournois freeroll avec des amateurs au travers de multiples villes Françaises est pour moi un réel moment de fraicheur car j'aime partager avec des passionnés de poker de tous horizons, tout comme les tournois caritatifs. Se prendre au jeu des interviews, des autographes et des photos... c'est un tel honneur de représenter la première room française de poker que j'y mets tout mon coeur à l'ouvrage!

- Cela t'arrive-t-il de penser à l'après poker ? As-tu en tête des pistes de reconversion dans le monde du poker ou ailleurs ?

Je pense que si ma vie de joueuse professionnelle devait s'arrêter nette, je reprendrais mon travail d'ingénieur vidéo tout en cumulant les tournois du circuit les week-ends.

Je reprendrais en réalité ma route exactement là où je l'ai laissée avec sa routine du "métro boulot dodo" du lundi au vendredi en attendant impatiemment les week-ends pour entendre le bourdonnement des bruits de jetons entremêlés sur les tapis verts...


- Quelle est selon toi la meilleure alimentation un jour de tournoi ?

Étant petite, j'avais comme habitude de ne manger que des féculents les veilles et jours de compétitions. Cette habitude ne m'a jamais lâchée et les pâtes sont devenus à ce jour mon plat favori.


Gaëlle Baumann



( Photo Winamax)


- A quels buy-in as-tu débuté ?

Aux plus petites limites de cash game, NL5 puis NL25 rapidement. Et ainsi de suite jusqu'à devenir une joueuse régulière de la NL200 à la NL2000.

- A quel moment as-tu su que tu devenais joueur professionnel de poker et quel effet cela a eu sur ta vie ?
J'ai su très vite que je voulais devenir pro. J'ai su que j'avais réussi une fois que je me suis installée durablement en NL400. A partir de ce moment-là, le poker était plus qu'une passion, c'est devenu mon travail, avec toute la liberté et le confort de vie que ça implique, mais aussi avec tout son lot de stress et de pression au quotidien.

- Comment vis-tu ta vie de joueurs pro de poker et quelle place prend le Poker dans ta vie?
Le poker prend une place très importante dans la vie des joueurs pro. Il est rare de déconnecter complètement du poker et il est d'ailleurs essentiel d'y passer beaucoup de temps pour maintenir son niveau de jeu. Le jeu évolue constamment et il faut être capable de se remettre en question à chaque instant.

- Comment fais-tu pour garder ton sang-froid à table et de quelle façon le travailles-tu?
Je tente de rester toujours dans le moment présent. Si j'ai mal joué une main, j'essaie de passer à la suite rapidement, de rester concentrée et de ne pas ressasser le coup pendant des heures. Plus facile à dire qu'à faire ! C'est un point important à améliorer dans son jeu, qui nécessite également du travail et que beaucoup de joueurs ont tendance à négliger. En revanche j'ai plus de facilité à accepter la variance, les bad beat et les éléments du jeu sur lesquels je ne peux avoir aucune influence.

- Fais-tu du sport ou du yoga ? De la méditation ?

On ne peut pas dire que je sois une grande sportive ou que je vive très sainement. Mais j'essaie néanmoins d'avoir une hygiène de vie correcte, vivre le jour et dormir la nuit (c'est déjà beaucoup pour un joueur de poker !), sans pour autant être très rigoureuse sur d'autres points, comme l'alimentation (j'ai la chance de pouvoir me faire plaisir donc je ne vais pas me priver !). Pas de méditation, j'ai bien fait quelques tentatives, mais je finis par m'endormir au bout d'un quart d'heure :)

- On dit que le Poker en France est arrivé à sa maturité ? Comment penses-tu que le Poker en ligne va évoluer en France ?

Je pense que le poker en France a encore de beaux jours devant lui, tant que les rooms comme Winamax proposeront de nouvelles promotions sympas qui plaisent à tous les joueurs, qu'ils soient amateurs ou professionnels. Je pense au King 5, Expressos, Guns & Glory, Winamax Poker Tour, toutes ces innovations qui rendent le poker encore plus fun et attrayant.

- Trouves-tu vraiment ton compte à exercer cette passion en tant que professionnels ou l'obligation de te rendre à certains tournois, sponsor oblige, est-elle contraignante ?

Si je n'y trouvais pas mon compte, j'aurais déjà arrêté ;). Évidemment nous avons des contraintes, mais les obligations professionnelles ne sont pas si terribles ! Les étapes WiPT par exemple sont plutôt agréables à jouer, on y rencontre beaucoup de passionnés et l'ambiance y est toujours plaisante. Parfois on aimerait passer un peu plus d'une ou deux semaines d'affilée chez soi, à peine rentrée il faut déjà repartir, mais on sait bien que ça fait partie de notre travail. D'un autre côté, on a extrêmement de liberté, on choisit les tournois que l'on va jouer, on joue en ligne quand on en a envie... Les avantages l'emportent largement sur les contraintes !

- Cela t'arrive-t-il de penser à l'après poker ? As-tu en tête des pistes de reconversion dans le monde du poker ou ailleurs ?

Pas vraiment. Pour l'instant je me concentre sur ma carrière de joueuse et je penserai à l'après poker quand le moment sera venu, quand j'aurai vraiment l'intention de passer à autre chose et d'arrêter de parcourir le circuit. Ce n'est pas du tout au goût du jour donc je ne me pose pas trop de questions.

- Ta motivation est-elle toujours la même depuis tes débuts ?

La motivation fluctue comme dans tous les domaines, souvent de pair avec les performances. Il y a forcément des hauts et des bas, mais l'important est qu'elle soit maximale dès qu'on s'assoit à table.

- Quelle est selon toi la meilleure alimentation un jour de tournoi ?

Je préfère manger léger en général les jours de tournoi, souvent un bon petit déjeûner avant de commencer le tournoi à midi (œufs, fruits...), puis du poisson au dinner break.

Merci à eux pour leur disponibilité
Dernière édition: 17 Jan 2016 15:44 par beuchdb.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Ged I Ged

Connexion pour participer à la conversation.

Modérateurs: Wina_SebWina_Sabeeshan
Temps de génération de la page : 0.376 secondes